Esquisse d’une phénoménologie de la balle chez quelques animaux

F.J.J. Buytendijk dans une « étude psychologique » consacrée au football publiée en France en 1952 aux éditions Desclée de Brouwer s’intéresse phénoménologiquement au rapport qui s’instaure avec la balle. Comment expliquer le succès de la balle, son omniprésence dans toutes les cultures, même les plus archaïques ? Car l’auteur le constate : « la sphère (…) a constitué un objet mystérieux et impressionnant (…) jusque dans les coins les plus reculés du monde et dans toutes les périodes de l’histoire » (p.34). Quelle explication apporter ?
 
« La balle appartient en effet aux objets de jeu les plus naturels et les plus parfaits.On ne joue jamais qu’avec un objet qui joue lui aussi avec le joueur » (p.35). Cette dernière ligne énonce une caractéristique fondamentale car si Buytendijk écarte la question du jeu animal avec une balle dans cette étude consacrée prioritairement au football (« [L’animal] s’absorbe toujours  complètement dans son monde. C’est pourquoi l’animal peut bien jouer mais il n’existe pas de sport de chiens ni de singes. », p. 44 ), il donne à son corps défendant une clé pour comprendre pourquoi les animaux jouent avec une balle. En effet, si l’animal tout d’un coup se met à jouer avec une balle c’est bien parce que cette dernière en répondant en quelque sorte à son action, révèle un potentiel ludique. La différence avec l’homme se situe dans le fait de bâtir un jeu sur le long terme avec des règles au point de le faire devenir un sport.
 
Certes l’animal ne joue pas avec le pied (Buytendijk voit  dans l’acte de frapper du pied un caractère « spécifiquement masculin » sic), mais il rencontre dans la balle une énigme : « lorsque nous considérons la sphère comme immobile, elle apparaît comme une chose d’un ordre complètement statique solidement fermée dans une tension équilibrée ; par contre, lorsque nous la considérons dans toute sa mobilité, elle devint une balle, une chose qui présente cette propriété merveilleuse d’être à la fois entièrement soumise à une loi dynamique et sujette aux caprices du hasard, d’allier, dans une unité singulière, la labilité et la stabilité, sans aucune priorité de direction ou de position ».
 
Ce paradoxe d’un objet si parfait lorsqu’il est immobile et si imprévisible lorsqu’il est en mouvement est ce qui semble révéler le potentiel ludique dans cette vidéo prise fortuitement où l’oiseau découvre que la balle est à la fois un objet sur lequel on peut se poser et sur lequel on ne peut pas se poser.
 
 
Il est ainsi intéressant de comparer la façon qu’ont différentes espèces animales de développer le jeu avec la balle. L’oiseau, on l’a vu, crée le jeu avec la balle en essayant de se poser sur celle-ci. La vache, dans la vidéo suivante, utilise sa tête et un peu ses pattes avant. Son partenaire humain a pris soin de choisir un terrain en pente et le plaisir du jeu vient aussi du fait accélérer, de courir, de suivre à la trace la balle , de ne pas la perdre de vue.
 
 
Le poney, dans la vidéo issue du refuge The Mare and Foal, se sert de sa tête pour réussir non seulement à faire avancer la balle mais également pour l’arrêter. La taille de la balle a visiblement été choisie à dessein pour qu’elle corresponde à la taille du poney.
 
 
Enfin, dans un autre sanctuaire (Le Rêve d’Aby), on peut voir une chèvre jouer en utilisant la patte avant et les cornes.
 
 
On voit ainsi par ces quelques exemples que le jeu avec une balle n’est pas réservé aux seuls chiens et que de nombreux animaux sont à même de déployer pour un temps le potentiel ludique de la balle. Ces vidéos révèlent que tout jeu se fait à partir de son corps singulier et peu importe, en réalité, qu’il soit épisodique. Comme le disait Buytendijk : « l’animal s’absorbe complètement dans son monde ». Cela veut donc dire que quand il joue, l’animal joue absolument, il n’est que jeu. Le poney qui se couche et semble interrompre son jeu avec la balle manifeste son plaisir de jouer et reste dans le jeu.
 
Il faut se rappeler de ce qu’Alexandra Horowitz disait des jeux chez le chien :  » j’ai été amenée à filmer de longues heures d’interactions canines. Ensuite, je me passai ces bandes au ralenti, presque image par image. Ce n’est qu’ainsi que je pouvais réellement voir ce qui se déroulait sous mes yeux » (Dans la peau d’un chien, Champs Sciences, p.191). Là où notre perception humaine voit une interruption du jeu, une discontinuité que nous sommes trop facilement tenté d’opposer au jeu humain, lequel serait capable de s’inscrire dans une durée souveraine, il y a en réalité toute une série d’actes qui sont encore dans le jeu, même s’ils nous échappent d’un point de vue perceptif.  Si l’animal s’absorbe complètement dans le monde (notons que Buytendijk ne dit pas qu’il est absorbé, non, il s’absorbe, c’est très différent), il n’y a pas de raison de penser que les choses changeraient dès l’instant où il serait question de jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.