Animal ludens chinois (7) : le gibbon et le jeu

La parution en langue française de l’ouvrage de Robert Van Gulik Le Gibbon dans la civilisation chinoise (Klinsksieck, 2020) permet de disposer de la seule synthèse existante sur le sujet et ce, de la part de quelqu’un qui côtoyait en Malaisie les animaux en question. A l’érudition savante se joint donc une  connaissance de première main sur le gibbon.

R. V. Gulik consacre ainsi un page entière (p.28) à ce qui différencie le jeu chez le gibbon au jeu chez le chimpanzé. La spécificité du gibbon, à savoir ses bras très fins et longs, est décisive dans les formes ludiques que développe cette espèce :

« Ces mains unifonctionnelles empêchent le gibbon d’éprouver un quelconque intérêt pour les jeux de construction ou d’autres activités manuelles. Seul, le gibbon est donc incapable de se divertir, en quoi il diffère radicalement du saï ou singe capucin, cet architecte d’entre les singes, doué de petites mains fortes et plurifonctionnelles. Ce qui amuse le chimpanzé pendant des heures, cubes, bâtons, boîtes, pneus, etc., ne représente rien pour le gibbon. Autre conformité avec son état naturel : dans la forêt, le gibbon ne joue ni avec des brindilles, et on ne le voit pas lancer d’objets comme l’orang-outan. Le seul plaisir que l’on puisse offrir à un gibbon en captivité, ce sont des barres suspendues auxquelles il puisse se balancer ».

On ne doit pas tant retenir l’aspect privatif de ce paragraphe que cette vérité fondamentale : la disposition du corps initie des possibilités ludiques et en empêche d’autres, voire les rend non pas impossibles dans l’absolu mais sans intérêt. Ce qu’établit de façon très pertinente ces observations c’est que le balancement est à la fois une fonction utilitaire et une possibilité ludique. Ainsi, il n’est parfois pas possible de déterminer si un gibbon se balance parce qu’il en a besoin ou par plaisir. Et c’est ce qu’ont bien compris les peintres chinois à partir de la dynastie Song puis les peintres japonais, n’hésitant pas à expliciter une dimension ludique là où on pourrait ne pas la percevoir.

C’est au Musée national du palais de Taipei qu’on peut voir un premier exemple, à savoir « Gibbons jouant dans un néflier ». Si on ne connaît pas l’artiste, on sait au moins que l’œuvre a été créée durant la dynastie des Song. R. V. Gulik précise : « il est évident, même s’il s’agit d’une œuvre ancienne, que l’auteur n’a jamais vu de gibbon. Le squelette est trop long, le visage trop pointu, et l’attitude de la suspension anatomiquement impossible » (pp.196-197).

 

La monographie savante de Robert Van Gulik a pour couverture dans son édition française le « Jeux de gibbons » de l’empereur Ming  Xuanzong (明宣宗) daté de 1427. Cette œuvre est également visible au Musée national du palais à Taipei (on la trouve brièvement commentée sur la partie anglaise du site ici – le commentaire n’éclaircit cependant pas pourquoi la notion de jeu est invoquée dans le titre). R. V. Gulik commente ainsi ce tableau : « Ce n’est pas une grande œuvre d’art, les traits manquent de force, ce qui est particulièrement visible dans le traitement du rocher d’en bas et du tronc d’arbre. Et aussi les bambous sont trop chargés, ce qui gâte la clarté de la composition diagonale. Cependant, c’est une œuvre habile, et le style réaliste plaide en faveur des dons d’observation de l’empereur. Les gibbons sont tellement naturels que l’on se prend à penser que les modèles de l’empereur sont ceux de ses jardins. l’on voit une famille d’agilis noirs en train de jouer. le père, âgé de cinq ou six ans, est suspendu à un arbre dans une attitude typique, il laisse tomber dans le cours d’eau des brindilles cueillies sur la branche pour amuser le petit dans les bras de sa mère. La pose du petit est délicieuse, et la ligne de son bras étendu parfaitement juste ; cependant, sa tête est trop longue. La mère  n’est pas très bien dessinée, les épaules sont trop larges et anatomiquement  incorrectes.  » (p.218).

 

Les peintres japonais se sont inscrits par la suite dans cette tradition chinoise, comme on peut le voir dans deux exemplaires, tous les deux détenus par le Asian Art Museum de San Francisco: et . « Le Japon ne fait pas partie de l’habitat du gibbon », rappelle R. V. Gulik dans un appendice consacré au gibbon au Japon (p.221). Ce qui n’empêche pas le Japon de développer pour un temps sa propre interprétation du gibbon, plus proche du bouddhisme zen que de la sagesse taoïste. Le peintre à qui on doit les deux peintures ci dessous, Kaihō Yūshō (1533-1615) n’est pas mentionné par R. V. Gulik dans son appendice.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.