Animal ludens européen (6) : n’y a-t-il que les femmes qui jouent nues avec les chats ?

La question finit par se poser  étant donné la quantité impressionnante de peintures représentant des femmes – nues ou pas  jouer avec un chat : les hommes ne jouent-ils jamais de leur côté avec des chats ? Car si on trouve des occurrences de jeu avec des chiens, c’est pour exprimer des vertus : amitié, fidélité… Côté féminin, on est souvent soit dans un sous-entendu érotique soit dans une condamnation morale de la paresse, de la frivolité, du divertissement…

Il est rare d’ailleurs de trouver des nus masculins qui joueraient avec un chien (alors que la chose est extrêmement courante du côté féminin – qu’il s’agisse du chien symbolisant l’amant ou du félin). La seule occurrence à notre connaissance est ce tableau de Henri Edmond Cross, Henri Edmond (1856–1910) de 1907/1908 intitulé .
“Après le bain – Baigneur s’ essuyant à St.–Tropez” possédé par le Musée du Petit Palais à Genève. On notera que le jeu est provoqué involontairement par le mouvement de la serviette avec laquelle le baigneur s’essuie et que ce dernier ne semble pas entrer dans le jeu qu’initie le chien.

Ce Giants at play (1882) de  Briton Riviere visible à la Tate Britain  nous représente des ouvriers habillés dont on ne saurait dire s’ils font une pause ou sont au chômage et désœuvrés (le fait qu’ils soient en habits de travail ferait pencher plutôt vers la première hypothèse). Le titre nous éloigne cependant d’une  quelconque interprétation morale qui pourrait poindre :  il est question de géants – pour le chiot s’entend. Il s’agit donc de se décentrer, de voir à travers les yeux du chiot et de regarder les hommes comme des géants. Le jeu avec l’animal sert ainsi à exhausser la virilité, non à la mettre en suspens le temps du jeu.

 

Ce tableau de 1865 intitulé Game of Chess of the Russian Czar, de Vyacheslav Schwarz  (1838–1869), visible au Musée national russe à St Pétersbourg est  révélateur d’une logique similaire. Le chat joue avec une des pièces du jeu d’échec qui a été vraisemblablement perdue par un des deux joueurs, telle une humiliation supplémentaire qui vient s’ajouter à la défaite qui se profile. Le niveau humain et le niveau félin sont déconnectés – même si superposés. On retrouve une logique qui remontre à l’Égypte antique et dont la continuité quasi inconsciente dans les arts picturaux mériteraient à elle seule une étude approfondie  : l’animal (domestique ou pas) sous la chaise, l’homme ou les hommes au dessus. Cette logique permet d’introduire très paradoxalement du sérieux au niveau supérieur et de frapper de frivolité le jeu au niveau inférieur du chat.

 

Revenons à la nudité après ce bref détour habillé. Telle une exception, l’Homme nu sur un lit  avec un chat ( Giovane nudo sul letto con un gatto -vers 1620-1630) de Giovanni Lanfranco (1582-1647) pourrait signifier bien être une façon cryptée de signifier le jeu sexuel avec un(e) amant(e). Les interprétations de cette « vénus masculine » sont multiples mais  l’une d’entre elles y voit une allusion à l’homosexualité. Nous voilà rassuré, un homme qui joue avec un chat ne peut être qu’homosexuel et donc pas complètement homme ! Le trouble dans le genre attendra donc un autre moment.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.