Animal ludens chinois (8) : les animaux qui jouent dans les collections du Musée du Palais de Pékin (la Cité Interdite)

Il faut passer par la partie chinoise du site pour réussir à voir davantage d’œuvres d’art possédées par le Musée du Palais à Pékin mais le jeu en vaut la chandelle car on fait quelques trouvailles – particulièrement dans le domaine des animaux qui jouent. Il ne faut pas hésiter à cliquer sur le lien qui renvoie à la page internet de l’œuvre, laquelle peut être agrandie à souhait et permet de voir très finement les détails.

On y trouve quelques classiques dont nous avons déjà évoqué la thématique, comme ces poissons qui jouent. Le titre de l’œuvre n’explicite pas la notion de jeu (« Essaim de poissons ») mais la notice rattache sans équivoque l’œuvre à cette tradition de poissons qui jouent dans l’eau. C’est une peinture de la dynastie des Song. Ce n’est cependant pas cette œuvre qui constitue  une des plus grandes surprises des collections du Musée du Palais de Pékin.

 

Ce sont d’abord ces oiseaux qui jouent à se battre sur une peinture de la dynastie des Song (« deux petits pinsons jouent à se battre » précise la notice, insérant cette image dans la tradition des peintures exprimant la vitalité de la nature) qui constitue la première bonne surprise car rares sont les œuvres artistiques qui ont cherché à représenté visuellement le jeu des oiseaux – comme si leur allégresse ne pouvait passer que par le chant.

Qu’il s’agisse d’un petit oiseau ou d’une grue, cette vérité du jeu qui s’exprime chez les êtres naturels se retrouve dans cette très belle peinture de l’époque Ming où la danse de l’enfant, dans un mouvement en apparence contraire,  est en harmonie avec la danse de la grue.

Et les oiseaux ne sont pas les seuls à exprimer cette vérité puisque, pour retourner à la dynastie des Song,  cette peinture   montre deux chèvres en train de jouer. La notice précise qu’il n’y pas seulement le vitalisme de la nature mais également un arrière-plan symbolique qui cherche à signifier la bonne fortune. Tout comme pour les poissons, le chat qui cherche à attraper le papillon, on est dans un arrière-plan religieux où la joie des êtres vivants naturels est également celle des êtres humains.

La période de la dynastie Qing n’abandonne pas forcément cette thématique, la faisant évoluer dans une esthétique nouvelle. Ainsi les chats « léopard » de Ren Yi (1888) qu’on peut trouver et sur la partie anglaise du site et sur la partie chinoise reprend les règles de l’époque Song : famille d’animaux domestiques représentée sans présence humaine au sein d’une nature signifiante (ici le bananier), et deux chatons en train de jouer. L’esthétique a cependant changé et l’influence occidentale est perceptible.

 

 

De même le chien qui fait la révérence d’appel au jeu peint par le missionnaire jésuite Ignatius (au sein d’une série consacrée aux chiens pour l’empereur Qianlong (1711-1799) – dans la partie chinoise du site elle se trouve ici) montre la sensibilité chinoise aux représentations occidentales du chien européen et son adaptation à l’esthétique chinoise.

On finit par trouver ce qui constituerait un cliché dans la peinture occidentale   mais qui ne l’est pas du tout dans la peinture chinoise, constituant au contraire une nouveauté, une évolution ; à savoir l’animal domestique comme détail. Ici, dans cette représentation de l’empereur Daoguang (1782-1850) et de sa famille, un premier pékinois fait le beau et à l’arrière, deux pékinois sont en train de jouer. La notice du Musée du Palais n’en fait pas mention, s’attardant sur l’ambiance automnale : les chrysanthèmes, le rougeoiement des feuilles d’érable. Elle met de fait en relief les canons de la  peinture chinoise : saison, fleurs correspondantes, etc.

Ce tableau ne constitue pas un cas unique dans les collections du Musée du Palais puisqu’on y trouve cet autre exemple plus ancien du peintre Gu Ming contemporain de l’empereur Kangxi (1661-1722). La peinture  s’intitule « Yunxi  enseignant les Ecritures bouddhiques ». On constate que l’enfant a du mal à se concentrer sur sa leçon et qu’il est distrait par les chats, lesquels jouent !

On terminera cette revue des peintures  du Musée du Palais en rapport avec le jeu animal par cette occurrence qui réutilise la technique occidentale de la perspective et met au premier plan deux chats d’humeur ludique qui s’inscrivent dans une demie fenêtre et semblent consacrer un climat de sérénité.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.