Animal ludens européen (5) : les femmes qui jouent avec les chats chez Félix Vallotton

Félix Valotton, artiste suisse (1865-1925), s’insère dans la tradition des peintres ayant représenté des femmes, nues ou pas,  jouant avec des chats.

La xylographie de 1896 s’intitule La Paresse et pourrait être, au vu du titre, porteuse d’une condamnation morale implicite. Cependant ce qui est représenté dément presque le titre et montre davantage une sorte de fluidité entre les deux corps entre lesquels s’établit un passage, une rencontre. Le tableau montre plus une inter-corporéité qu’une paresse  synonyme d’impuissance – volontaire ou pas – physique.

La notice du Musée de Lausanne propose l’interprétation suivante : « La paresse montre Vallotton au sommet de son art. Ici, il fait surgir de l’obscurité le corps nu d’une femme allongée sur le ventre : un modèle ou peut-être une prostituée attendant le client ? Les jambes en l’air, elle batifole sur un sofa couvert de tissus aux ornements géométriques et agace un chat dressé sur ses pattes arrière. Unis par la blancheur de leurs corps, les deux partenaires de jeu incarnent la liberté nonchalante des êtres qui, à l’instar des artistes, ne se laissent ni apprivoiser ni conformer aux normes de la morale bourgeoise. »

 

Le peintre reprend d’ailleurs  la même thématique plus tard, en 1899, dans un tableau intitulé Femme couchée jouant avec un chat. Sommes-nous au réveil ou avant l’endormissement ? Difficile à déterminer, reste que la référence à la paresse a disparu. Il est également moins évident de penser qu’il s’agirait d’une prostitué, on pense plus à un intérieur bourgeois. 

 

Dernier tableau, Femmes nues au chat (1897-1898 – Musée cantonal des Beaux-Arts à Lausanne) a été peint durant la même période que les deux autres représentations de jeu avec le chat. Ici, c’est d’ailleurs plus avec une famille de chats et particulièrement le chaton que l’une des deux femmes joue. En 1897, F. Vallotton avait également peint Femmes nues jouant aux dames où l’ennui semble davantage poindre que dans ce tableau où la vitalité du chaton est un dérivatif plus efficace à l’ennui.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.