Animal ludens européen (8) : le jeu animal dans les peintures de Franz Marc

Franz Marc (1880-1916) fait partie des peintres qui représentent les animaux seuls, pour eux-mêmes. Il les pense comme des êtres animés d’une force créatrice – bien qu’il n’explicite pas cette pensée autrement que par la peinture. A ce titre, il  représente les animaux en train de jouer sans se soucier de savoir s’ils sont domestiques (chats) ou pas (belettes). Il ne précise même pas toujours que les animaux sont en train de jouer.  On voit bien ainsi dans son Chat avec chatons de 1912 que le chaton blanc joue avec la queue de la mère mais le titre n’éprouve pas le besoin de le préciser.

Le jeu n’est pas qu’une propriété de l’enfance, ainsi ces Trois chats de 1913, visible à Düsseldorf au Kunstammlung Nordrhein-Westfalen, se situe dans une dimension ludique qui, là non plus, n’est pas explicitée par le titre. On sent bien que le chat au premier plan s’amuse mais le jeu fait partie d’un mouvement de liberté plus général dans lequel il s’insère.

On peut se faire la même réflexion pour le tableau visible au Musée Franz Marc Fille au chat II de 1912 où le chat est dans un rapport proche du ludique.

 

 

 

Cette dimension implicitement ludique, à fleur de tableau est sensible dans son Panier des chats : on sait que les chats aiment se faire dans des cartons ou comme ici des paniers, et pas seulement pour y dormir mais parfois pour jouer, particulièrement quand ils ont un comparse félin comme dans ce tableau.

Le saut, de façon générale, est très proche du jeu sans qu’on puisse forcément déterminer la raison. Il est « sans pourquoi » – à l’image du jeu, il se meut dans une indétermination essentielle, avant éventuellement de prendre forme utile (comme le saut pour échapper  à un prédateur). Trois occurrences à cet égard chez trois animaux différents : le chien, le chamois (1911), le cheval (1913 – Franz Marc a donné plusieurs déclinaisons picturales de chevaux sautant).

On retrouve deux tableaux qui mentionnent explicitement le jeu dans le titre du tableau pour le chat comme pour le chien.

Chiens qui jouent  (ou Chiens jouant – 1912, Busch-Reisinger Museum à Boston) présente cette singularité – comparé à de très nombreux tableaux de l’Europe occidentale  – de représenter des chiens qui jouent sans présence humaine.

 

Il en va de même pour ces Chats qui jouent de 1913 visibles à la Staatsgalerie de Stuttgart.

 

 

 

 

Mais, comme nous le précisions plus haut, l’intérêt de Franz Marc dépasse les simples animaux domestiques traditionnels. Ainsi, la Vache Jaune de 1911 (au musée Solomon R. Guggenheim de New York) dont il n’est pas à nouveau précisé qu’elle joue est représentée sous l’angle du mouvement et surtout de l’allégresse – on la retrouvera dans le tableau de 1912, Vaches jaune-rouge-vert.

 

S’insérant dans la même logique mais en mentionnant explicitement le jeu dans le titre,  les Belettes qui jouent (tableau dans une collection privée). La peinture finale date de 1911 mais il y a un tableau monochrome préparatoire effectué deux ans auparavant.

Le Singe jouant de 1912  (préparatoire peut-être à un tableau qui ne sera pas, étant donné la mort proche du peintre) est à ranger du côté des belettes qui jouent, le peintre considérant implicitement le jeu comme une propriété de tous les animaux, s’éloignant de la tradition occidentale qui s’était tellement concentrée sur le chat ou le chien, et encore pour ce dernier après un long effort pour se dissocier de la vision utilitariste du chien qui en faisait l’animal de  chasse plus que de compagnie.

La mort tragique de Franz Marc en 1916 met fin à cet élan sensible dans toutes les peintures des années 1910 où des animaux s’animent et vivent leur vie sans les hommes. La peinture de cet artiste est très en avance sur son temps. Alors que Karl Groos puis Buytendijk publieront au début du 20ème siècle les premiers essais sur le jeu animal en restant toujours dépendant de la perspective anthropologique, Franz Marc cherche à accéder à la présence animale qui n’a pas besoin de l’homme et fait sens sans lui.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.