Animal ludens européen (9) : quand le jeu animal félin devient un genre artistique à part entière

C’est au 19ème siècle que le genre pictural du jeu animal félin se constitue. C’est un genre très mineur qui fera le plaisir des collections privées et qu’on verra peu pour ne pas dire jamais dans des musées (à l’exception peut-être du Glanmore National Historic Site mais il est loin de détenir tous les tableaux de Horatio Henry Couldery). Ce genre n’a du reste jamais prétendu à quoi que ce soit artistiquement si ce n’est provoquer un certain attendrissement devant le spectacle de chatons jouer dans des intérieurs bourgeois plutôt riches et introduire du désordre dans des boites à bijoux ou d’autres terrains de jeux dont ce n’était pas la vocation première.

Il est pour les raisons précisées plus haut difficile de se faire une idée des contours précis de ce genre qui nait dans plusieurs pays d’Europe et répond à un besoin – celui d’avoir sous les yeux des représentations de chats et surtout de chatons en train de jouer. Très discrètement, ce genre constitue une sorte de répétition avant le mouvement sur internet des lolcats  et des innombrables compilations vidéos de chatons et de chats qui jouent, tombent et font sourire voire rire.

Côté britannique, la production de Horatio Henry Couldery (1832-1918) trouve grâce aux yeux de Ruskin – au moins pour une œuvre. A côté de thèmes classiques comme l’affrontement avec le grand adversaire de toujours (le chien – Deux carlins se disputant avec un chat en 1874) ou le vol de nourriture, ( The Intruder en 1875 ou His Lordship’s Larder en 1882), on sent que la production artistique (dont on peut avoir une idée par exemple ) de H. H. Couldery se fonde sur des animaux domestiques quand il sont tout petits, « mignons » (le rendu de la texture des poils des chatons et des chiots est remarquable) et si possible en train de jouer – en tout cas en éveil. Le fait que le jeu félin soit proche de la prédation – peut-être les deux faces d’une même pièce – est plus sensible chez ce peintre britannique que chez Henriette Ronner-Knip par exemple.

La juxtaposition d’oeuvres proposées par le site internet The Great Cat permet d’en prendre conscience : de nombreux tableaux ont pour objet l’intérêt félin pour le poisson (The Fishing Party reproduit ci contre) , la grenouille (Two kittens playing with a Frog), l’oiseau (Stalking) ou la queue de la souris (Kittens with a Mouse)… il ne s’agit pas de cacher que le chat en manifestant sa curiosité se révèle être un prédateur.  Mais d’autres tableaux le montrent en train d’être curieux et de jouer sans proie vivante (comme Beauties  Toilet ou Playing with Jewels reproduit au début ce billet).

C’est cette seule thématique qu’Henriette Ronner-Kippe (1821-1909), peintre belgo-néerlandaise, va développer en se consacrant progressivement dans sa carrière aux seuls chats qu’elle représente en train de jouer dans des lieux aussi divers qu’une boite à chapeau (The new hat – environ 1890) , un bureau destiné à la peinture (The School of painters – idem), un violon et ses partitions (The music lesson, environ 1888), un panier contenant un nécessaire à couture (The knitting basket, environ 1889)… Si le prétexte change, il y a des invariants. A la différence de H. H. Couldery, la référence biologique à la prédation disparait complètement. Que l’on regarde différents tableaux en suivant   et on se rendra compte de cette disparition complète. Ce qui est substitué à la souris, la grenouille ou encore au poisson, c’est une guitare dont il faudra s’occuper après le passage de la famille de chats – même si les dégâts sont minimes.

Le chat n’est plus celui qui donne la mort par la prédation, il est celui qui donne de la vie dans un intérieur qui menace de provoquer l’ennui, mortifère donc en un sens,  par son ordre bourgeois. Les peintures de l’artiste belge Charles van den Eycken (1859-1923) constitue une déclinaison de H. Ronner-Kip et si l’esthétique est légèrement différente, à l’exception d’un papillon ou d’une tortue, on y voit des chatons jouer avec toute sorte d’objets artificiels : lunette, monocle, guitare, pelote de laine… Seule la plume constitue un inoffensif compromis entre le vivant et l’inanimé.

On peut ajouter à ces trois peintres bien d’autres noms. Le site The Great Cat en propose une recension qui permet de voir que, par delà quelques variantes (par exemple Arthur Heyer – 1872-1931 – spécialisé dans le chat angora blanc qu’il affectionne particulièrement, voir ci contre), la fascination pour le jeu félin a dépassé le stade de l’anecdotique pour devenir l’objet d’un réel engouement. Certes c’est un privilège de classes socialement aisées de pouvoir s’offrir de tels tableaux (lesquels correspondent parfois à des commandes) mais nous avons là les indices d’un changement de mentalité à l’égard du chat – considéré comme un animal ludique qui peut, à ce titre, faire partie des plus beaux intérieurs et y occuper une place de choix.

Notre époque n’a pas démenti jusqu’à présent une telle appréciation des choses, ayant tendance, si l’on en croit les chiffres, à préférer très nettement aujourd’hui le chat au chien.

**********************************************************

Desmond Morris précise dans son Cats in art, publié en 2017 chez Reaktion Books, que si à la mort de Henry Couldery, ses biens n’étaient évalués qu’à 250 £, son œuvre a été depuis largement réévaluée à une hausse très significative comme le montrent les dernières enchères sur ses tableaux (pp.84-85).  Ce n’est guère étonnant car si de tels tableaux sont en marge des grands mouvements artistiques, ils étaient et sont plus que jamais en phase avec le goût pour les animaux domestiques – particulièrement pour le chat dont la fréquentation s’est largement  démocratisé depuis le 19ème siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.