Animal ludens européen (10) : le jeu animal et la nostalgie d’un monde aristocratique révolu

Joseph Caraud (1821-1905) est un peintre singulier. Ce qui lui a valu du succès, ce ne sont pas ses scènes d’inspiration italienne puis orientalisant. Non, ce sont ses œuvres qui célèbrent à partir de 1857 un 18ème siècle révolu qui vont l’amener à plus de visibilité sur le devant de la scène historique. On y voit évoluer aussi bien la reine Marie-Antoinette que des aristocrates ou des femmes de ménages plus anonymes. Et, en ce qui concerne notre sujet, il présente l’intérêt de mettre en scène des chiens effectuant la révérence de jeu et quelques chats. Commençons par ces derniers.

Cette femme de chambre de 1875 qui s’intitule La Coquette met en scène une femme fort bien habillée et qui semble oublier le balai qu’elle doit passer. Au bas de sa robe, un chat essaie de la rappeler comme il peut à la réalité en l’invitant à jouer. Mais les pensées de la femme de chambre sont tournées ailleurs (vers un amoureux ?).  On prendra bien note de cette caractéristique typique des tableaux de J. Caraud  : l’animal invite l’être humain au jeu  mais ce dernier, occupé à autre chose, a le regard ailleurs, est happé par d’autres pensées ou activités.

Seule exception, cette Pelote de laine (dont le titre semble être quelque chose comme Heures oisives) de 1863 où la femme prête un regard bienveillant à une chatte et ses deux chatons jouer avec une pelote de laine. A la différence du tableau précédent, on sent que l’oisiveté est un luxe de la classe aristocratique et qu’elle peut se permettre du temps à regarder le jeu félin une fois le thé bu.

 

 

Cependant, dans tous les autres tableaux de Joseph Caraud, on sent que le chien qui effectue la révérence de jeu a tendance à être ignoré, constituant au mieux un élément du décor. Dans le tableau représentant Marie-Antoinette et sa fille (Une séparation), on voit que le jeu a été interrompu pour que la fille puisse embrasser et saluer sa mère. Le cerceau à l’arrière-plan et la servante en retrait montre que c’était auparavant le temps du jeu. Le chien effectue la révérence de jeu et à côté de lui il y a une balle qui était peut-être la sienne. On est dans l’évocation d’une atmosphère ludique qui vient juste d’être mis entre parenthèse et que seul le chien n’a peut-être pas complètement quitté.

La Promenade de 1875 dans le hameau de la reine montre également un chien qui effectue la révérence de jeu dans l’indifférence général. Même constat pour la Scène galante de  1856 où le chien est porteur d’un sous-texte à l’égard du galant qui vient flirter avec la femme. Cependant, ce sous-texte reste au niveau inférieur et comme pour La Promenade, il semble avoir pour fonction réelle d’introduire du dynamisme.

Qu’il s’agisse de la relation au chien, au chat ou même aux oiseaux, ce monde aristocrate entretient des rapports pacifiés avec les animaux, le jeu étant le marqueur le plus sûr de ces temps heureux, révolus au moment où J. Caraud peint ses toiles. Ainsi cette Affection féline de 1872 exprime-t-elle la confiance totale de la mère envers la femme qui a pris dans ses bras un de ses chatons. La recréation d’une époque ancienne qui constituerait un âge d’or où les animaux joueraient n’est pas un cas isolé, nous l’avons vu.

On peut se poser la question pourquoi il est tellement nécessaire de représenter dans ces recréations fictives d’un passé idéalisé des animaux en train de jouer. Peut-être faut-il un acteur extérieur à la sphère humaine pour en fournir la preuve évidente ? Auquel cas cela signifierait que l’homme doute que telle ait époque ait été si heureuse et, comme pour conjurer ce pressentiment, il éprouve le besoin d’ajouter un élément plus probant du bonheur.

On peut cependant avancer une autre explication : peut-être  l’homme ne conçoit-il pas – et peu importe que cela soit dit sur le mode de la nostalgie, de l’idéalisation – un temps heureux sans jeu animal ?


Une réflexion sur « Animal ludens européen (10) : le jeu animal et la nostalgie d’un monde aristocratique révolu »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.