Animal ludens européen (11) : à l’ombre de la Révélation

S’il y a bien deux choses qu’on ne penserait pas à associer c’est bien d’un côté un miracle ou une apparition surnaturelle et de l’autre un jeu animal. C’est pourtant cette thématique que la peinture européenne va explorer à côté d’autres. Comment l’expliquer ?

Il faut tout d’abord noter que les animaux domestiques ont été présents – dans les peintures s’entend – lors d’épisodes religieux dès la Renaissance. Pour prendre un premier exemple, la Cène (1315-1319) de Pietro Lorenzetti dans la basilique  d’Assise montre un chat qui dort à côté du feu et le chien qui termine les assiettes laissées par les serviteurs. C’est spatialement comme spirituellement un « à-côté » mais alors que le texte évangélique ne fait mention d’aucun animal présent à la Cène, les peintres vont progressivement introduire celui-ci.

Nous laissons ici de côté les innombrables cènes et repas pris par Jésus dans lesquels apparaissent des chats et des chiens (sans nous interdire d’y recourir si nécessaire) – cette thématique mérite à elle seule un traitement séparé. Ce sur quoi nous aimerions nous concentrer ici, c’est plutôt sur le rapport qu’entretiennent les animaux avec la révélation, du moins celui que le peintre explicite. Que fait tel animal donné quand la Révélation s’effectue ?

Le premier rapport possible de l’animal au surnaturel, c’est l’absence au monde, rendue picturalement par le sommeil. Ainsi dans l’Annonciation de Rubens (1628) visible à Anvers dans la Maison de Rubens, le chat dort dans une sérénité qui le met paradoxalement en harmonie avec le surabondance de mouvements surnaturels incarnés, si on peut dire, aussi bien par l’archange Gabriel que la colombe et les trois anges. Le coup de force de Rubens est de réussir à ne pas tirer le sommeil félin vers une forme de condamnation religieuse ou morale mais plutôt vers une forme d’ataraxie, comme pour dire qu’il n’y avait pas à avoir peur de la nouvelle de l’Annonciation – même si tout ceci est, on en conviendra, fort diffus.

Ce n’est pas la première fois que le chat endormi figure dans une annonciation, nous avons au moins un précédent dans celle de Federico Barocci (environ 1592-1596) à Pérouse. Là aussi, le sommeil est vertu. Stefano Zuffi (dans Les Chats dans l’art, éditions de la Martinière, 2007)  précise : « Le chat endormi renforce (…) la portée symbolique de  la scène : « l’annonce faite à Marie » ne doit pas être entendue comme un fait unique, exceptionnel et non renouvelable mais comme l’exemple de d’une « vocation » qui peut se reproduire dans la vie de chacun de nous , sans troubler l’ordre paisible de l’existence » (p.122).

Le deuxième rapport au monde des animaux au surnaturel est l’indifférence : ceux-ci continuent de vivre leur vie sans se rendre compte qu’un évènement de la geste sacrée de Jésus se produit. On pourrait concéder que c’est ce que nous montrait déjà le tableau de Rubens mais l’intention picturale donne une signification quasi religieuse au sommeil du chat, une sorte d’envers du sommeil des apôtres au mont des Oliviers, celui qui apparaîtra quand on sera à l’autre bout du récit évangélique. Le chien qui ronge son os dans La Cène du Titien correspond, par exemple, à cette logique. 

Enfin, chez Véronèse, on a du mal à savoir si le témoin animal est indifférent ou interdit face à l’apparition de l’ange Gabriel. Ce tableau de 1580 – localisé à Madrid de nos jours  – fait figurer un petit chien aux côtés de la Vierge qui semble figé. La version de 1585 de l’Annonciation, quant à elle, fait lever au petit chien une de ses deux pattes  sans que son regard soit tourné vers l’ange – ce qui est quand même curieux et rend l’attitude canine pour le moins difficile à interpréter.

Lorenzo Lotto (Vene
Recanati, musée de la Villa Colloredo Mels)

Plus nette, à cet égard, est l’attitude du chat dans l’Annonciation (1532) de Lorenzo Lotto  qui ne demande pas son reste et prend la fuite à la vue de l’apparition de l’ange Gabriel ! Il y a une dimension humoristique qui donne toute sa saveur à ce tableau. Nous avons là en tout cas l’expression d’une troisième attitude face au surnaturel : la peur, l’effroi. Assez curieusement, cette attitude semble avoir été moins prisée par les peintres de la Renaissance (en ce qui concerne les animaux domestiques s’entend)

 

Lorenzo Lotto ne fait pas de l’effroi le paradigme de tout rapport animal au surnaturel. Ainsi, dans son Adieu du Christ à la mère (visible au Staatliche Museen de Berlin), il fait figurer à l’arrière plan deux lapins : un qui court (s’enfuit peut-être) et un autre qui s’arrête pour regarder la scène. Ce détail est un des plus émouvants de toutes les annonciations ici recensées.

 

On sent un réel embarras ou a contrario une certaine désinvolture quand il s’agit de justifier  l’introduction des animaux domestiques dans ces scènes religieuses. Au fond, rien n’y oblige en vérité. Réalisme nouveau, quotidienneté, élément anecdotique attendrissant – toutes ces explications ne parviennent pas à convaincre complètement. Que le peintre aimait les chats ou les chiens est une chose, en introduire dans des sujets religieux en est une autre. Certes, le commanditaire ou le goût de l’époque pouvait peut-être l’exiger mais  est-ce là une explication réelle ? Pourquoi autant de commanditaires l’ont toléré voire demandé ? D’où vient un tel engouement pour la présence d’animaux dans des sujets religieux ? Simplement en contrebalancer l’austérité ? Faire passer une certaine conception théologique ?

L’absence d’animaux domestiques, pas ceux de l’étable où Jésus est né, ni l’âne sur lequel est monté Jésus pour entrer dans Jérusalem ; non, les animaux avec lesquels on tisse un lien une vie durant : ceux-là ont singulièrement déserté les évangiles. Et la Renaissance éprouve le besoin d’un réinvestissement. Non pas au sens d’un fantasme, comme nous l’avons vu par exemple pour l’antiquité ou la vie aristocratique du 18ème siècle, mais vraiment d’un réinvestissement : il s’agit de réintroduire les animaux domestiques dans les épisodes religieux.

Pour le sujet qui nous intéresse – le jeu animal – il est ainsi remarquable qu’il fasse son apparition (picturale) dans l’histoire christique puis dans les épisodes de la légende sacrée. Car, pour en revenir à notre problématique initiale, on pouvait les penser a priori plutôt incompatible. Ainsi, cette Présentation de la vierge au temple du 15ème siècle de l’Alte Pinakothek à Munich où l’on voit deux chiens qui jouent à se battre – élément central qui attire l’œil tant il sépare en deux spatialement les éléments de cette peinture.

On se fait la même réflexion pour ce chat qui joue avec un pelote de fil durant la circoncision de Jésus (tableau de Mazzolino Lodovico de 1525 à la Galerie des Offices de Florence). D’une couleur semblable aux colonnes et au éléments architecturaux du temple, le chat se confond avec le décor pour le regard pressé. On dirait une sculpture, un quasi trompe l’oeil. Autant dire qu’il fait partie de la scène et n’est pas là par hasard !

 

 

L’Annonciation de Pieter Lastman en 1618 (visible au Musée de l’Ermitage à St Pétersbourg) conserve, dans la lignée directe des deux peintures que nous venons de recenser, le chat au premier plan. Celui-ci joue avec une boule de fil, le regard tourné vers celle-ci, hors du champ de la Vierge et de la scène de l’Annonciation.

 

 

 

Notre dernière occurrence (temporaire) du jeu animal se trouve au Musée du Prado dans un tableau daté d’environ 1626-1632. On y voit le saint en pleine vision et en même temps, le chat ne trouve rien de mieux à faire que de jouer avec la tortue dont le déplacement inattendu l’étonne. Au fond, c’est un autre mystère qui retient l’attention du chat, le mystère des choses créées, non celui de l’incréé. Il n’y a là comme pour les deux tableaux précédents aucune condamnation religieuse ni morale.

 

Concluons cette brève incursion dans les œuvres picturales (dont nous ne prétendons pas faire ici le catalogue exhaustif)  faisant paradoxalement cohabiter l’apparition surnaturelle et le jeu animal. Reconnaissons que lier les deux est plus qu’improbable a priori. C’est pour cela que l’association doit retenir notre attention et que nous ne devons pas y voir un quelconque lien anecdotique. C’est même plutôt l’inverse qu’il faut penser. L’expérience vécue qu’ont fait les hommes – commanditaires comme peintres- des animaux domestiques les ont conduits à en introduire dans les épisodes religieux. Comme il n’était pas possible de réécrire l’histoire de Jésus ou des apôtres comme des saints et d’inventer des épisodes avec des chiens et des chats dont nous n’avions pas connaissance, il a tout simplement suffit de faire figurer ces animaux à titre de détails dans les tableaux représentant les épisodes qui, eux, étaient attestés. Et puis à les mettre en mouvement, voire à les faire jouer.

C’est ainsi que les animaux domestiques, grands absents des évangiles, ont fini par revenir contre toute attente dans l’histoire religieuse en passant par la peinture.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.