Animal ludens européen (12) : du jeu animal comme mésaventure chez Trood

Le peintre William Henry Hamilton Trood (1848-1899) est un peintre de l’époque victorienne, spécialisé dans la représentation d’animaux,  avec une très nette préférence pour le chien  – sans que cela ne devienne pour autant exclusif. Des quelques éléments biographiques dont nous disposons, on peut retenir qu’il est né sourd et muet et qu’il a développé une grande empathie pour les animaux. Il  a fait cohabiter avec ses chiens un blaireau, un renard et une loutre, autant dire que son intérêt pour les animaux n’était pas qu’intellectuel : il vivait avec eux et les regardait quotidiennement.

Au risque de nous répéter, précisons  que ces peintres ne sont pas considérés comme étant de grands artistes. Il est consécutivement difficile de trouver des éléments biographiques comme artistiques solides sur eux et, par dessus tout, de reconstituer leurs productions picturales, celles-ci ne faisant l’objet d’aucun catalogue et étant le plus souvent dispersées dans des collections privées (et sur internet sur des sites d’enchères). Côté britannique, on a ainsi surtout retenu le nom d’Edwin Landseer (1802-1873) dont l’œuvre a, il est vrai, une ambition bien plus grande,  et beaucoup moins celui de W.H.H. Trood, plus intimiste et anecdotique – comme ici ce tableau de 1899, année de la mort de Trood et intitlué Ready to play.

Pourtant, ce peintre est intéressant car il a développé la thématique de la mésaventure dans le jeu animal. Il a ainsi à deux reprises mis en scène des chiens qui vont être très surpris de ce qui leur arrive. Ainsi ce Christmas Cracker de 1897.



Dans cette suite de deux tableaux, on voit tout d’abord deux chiens jouer à se disputer un cracker, sans se douter qu’à subir un tel traitement, le cracker va forcément finir par éclater – ce qui fait que toute l’assemblée prend la poudre d’escampette en entendant l’explosion inattendue.

Les deux tableaux suivants constituent une variation sur le même thème, l’explosion provenant de la bouteille cette fois-ci :

Enfin, sans être une mésaventure aussi radicale, le détournement de la balançoire dans A Narrow Escape de 1898 y ressemble.

Visiblement, la bande constituée de trois chiens et un chat semblent se rendre compte un peu tardivement que la balançoire n’est pas vraiment faite pour eux et la situation est prise au moment où elle devient critique.

Ce qui est intéressant dans ces dernières peintures, c’est à quel point elles anticipent les vidéos que l’on verra bien plus tard dans des émissions de télé puis sur YouTube et dans lesquelles ont été filmés des chats qui tombent, ratent leur saut, etc.,  produisant un effet involontairement comique. Ce qu’illustrent donc ces peintures et plus tard ces vidéos, c’est le passage du ludique initial pour l’animal (qui joue comme ici avec un cracker, une bouteille) à du ludique pour l’homme.

Si on se concentre sur les seuls animaux et qu’on fait abstraction de la dimension ludique et comique pour l’homme, on  trouve un enseignement sur le jeu animal. Celui-ci peut comporter des ratés. En effet, ce qui suscite le jeu c’est une curiosité pour quelque chose d’extérieur : un objet nouveau, quelque chose à expérimenter. Quelque chose qui résiste – comme la balle qui n’est pas un objet stable, ce que W.H.H. Trood a rendu par la balançoire. Si jouer, c’est expérimenter en allant vers l’inconnu, le tout autre ; il peut arriver que le jeu débouche sur de l’inattendu, du désagréable. Le jeu aura fait apprendre quelque chose, certes, mais sans plaisir et la dimension ludique se sera dissipée.

A contrario, le jeu peut conduire à une bonne surprise comme l’expérience que fait ce chat dans la triple scène ci-dessous. Un découvre un poisson qui bouge sous l’eau. Cela attise sa curiosité et met en mouvement sa volonté de « jouer » avec lui. Le jeu devient prédation, le chat finit par obtenir un bon repas.

En un sens, parler de « (bonne) surprise » est peut-être discutable car le jeu conduit ici le félin  de façon très prévisible à la prédation alors que dans les autres instantanés du peintre, le jeu est suivi par les chiens et le chat sans savoir où cela va conduire. Le jeu est exploration gratuite, au risque d’une mésaventure.

Ceci explique un autre thème très courant chez H.W.W Trood : la rencontre avec d’autres espèces. S’il est moins novateur dans cette thématique, déja traitée par bien d’autres peintres avant lui (à commencer par la simple rencontre du chat et du chien) , il l’est  davantage si on relie une telle thématique  à celle de la mésaventure, de l’exploration. Le Curious Companions de 1880 montre l’incompréhension du chien face à la tortue.

On est dans le même ordre d’idées pour Two Puppies and a frog de 1884 où, à bien y regarder, on est quelque part entre la perplexité et le début du ludique. 

 

 

C’est encore plus net pour une dernière occurence, A Brush with the future en 1899 où on sent les deux chiots prêts à jouer avec la queue d’on ne sait quel animal (un chat probablement). Dans un monde d’animaux domestiques, et de façon plus large, campagnards, dont l’homme semble complètement absent (pas une seule peinture de Trood à notre connaissance n’en représente) si ce n’est par les objets qu’il a produits et les traces d’habitations qu’il laisse, il reste une place pour découvrir, jouer et être surpris. Cette surprise n’est pas toujours bonne, nous l’avons vu, mais elle conduit les animaux à expérimenter et à élargir leur connaissance d’un monde parfois bien compliqué à appréhender – surtout quand on est un chiot.

S’ajoute à cette idée une dernière : la communauté de fait si ce n’est idéale des animaux domestiques, lesquels sont bien obligés de cohabiter et d’interagir. On le voit de façon un peu humoristique dans un premier tableau (Fellow feeling makes us wonderous kind) où une chatte constate avec une pointe d’agacement que ses chatons se sont endormis à côté de chiots et de la chienne qui les allaite.

 

Plus idéal encore quoique tout aussi vraisemblable, dans The Guardian en 1896,  une chienne  allaite et regarde de loin deux chiots qui jouent sous la protection d’un plus grand chien qui la protège. On sent poindre l’idée de vertus animales – ce qui n’est pas nouveau, on en débattait dans l’antiquité grecque – lesquelles pourraient fonder une sorte de communauté d’animaux domestiques – dans la limite de demeures humaines plus situées à la campagne qu’à la ville.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.