Animal ludens européen (7) : le fantasme tardif d’une antiquité qui aurait joué avec des animaux domestiques

Parce que nous n’avons pas retrouvé tant de représentations artistiques que cela de femmes ou d’hommes adultes jouant avec un chat (très longtemps monopole des seuls égyptiens) ou un chien, il y a un manque, un vide. A l’idée d’une antiquité gréco-romaine idéale où l’otium est célébré manque l’innocence des jeux entre les hommes et les animaux domestiques.  Les jeux du cirque cadrent mal avec cette innocence mais comme l’antiquité a toujours été à réinventer, quelques peintres se sont emparés du thème vers la fin du 19ème siècle et le début du 20ème.

La Favorite (1901) du peintre britannique néo classique John William Godward (1861-1922) constitue un premier exemple d’une réinvention antique où sur fond de marbre blanc une femme utilise une plume de paon pour jouer avec un chaton. De qui est-elle la favorite ? Nous ne le savons pas mais sa situation privilégiée lui laisse vraisemblablement du temps pour jouer avec un chaton.

 

Même procédé, même marbre pour le tableau Idleness (oisiveté au sens de l’otium ou skolê grecque – le temps libre comme privilège de l’aristocratie). La plume est plus grande que pour le tableau précédent mais le chaton reste le même. Le tableau est daté de 1900, soit un an avant La Favorite.

 

 

 

 

On reste dans la même esthétique  avec Teasing the kitten ( = Jeune fille taquinant un chaton – 1890) de William Stephen Coleman (1829–1904) – la balle au bout d’un fil (une pelote de fil en fait) venant juste se substituer à la plume de paon.
 

 

 

 

Cette façon d' »appâter »  le chat – élément qui correspondrait le plus à l’esprit de l’antiquité grecque –  en rappelle une autre dans les peintures de Coleman, même si elle est immédiatement moins  ludique, c’est celle qu’on voit dans The Goldfish Bowl où le chat est vivement intéressé par le poisson dans le bocal.

 

Appâter, exciter – ce sont là des éléments que l’on retrouve régulièrement dans les représentations grecques puis romaines de l’antiquité.

Prenons par exemple cette amphore étrusque datée de -490 J.C. : elle est typique du rapport ludique tel qu’on le retrouve dans la céramique grecque avec le chien ou le félin (bien qu’il ne soit pas toujours évident d’identifier l’animal et qu’une fois de plus le chat n’était ni très aimé des grecs puis des romains  ni même possédé en raison du monopole égyptien)  où c’est le fait d’exciter la prédation qui fait le jeu.

Autre exemple ici au British Museum avec cet oinochoé daté d’environ -360/-350 où le chien (un spitz) est excité par une tortue accrochée par un fil.

De très nombreuses représentations funéraires d’enfants morts représentent le défunt tendre au chien un oiseau – symbole peut-être de la vie et surtout de sa fragilité – et l’appâter, l’exciter avec.

 

Fermons ici cette parenthèse pour dire qu’entre l’antiquité rêvée de la « marble school » où des aristocrates disposant de temps libre jouent avec des chatons et l’antiquité réelle, il y a un gouffre, le même qu’entre celui des tableaux de Edwin Longsden Long (1829-1891) et la réalité égyptienne. Ainsi ce tableau de 1885 dont le titre fait clairement allusion à la pièce de Shakespeare : Love’s Labour Lost :

On voit à l’arrière-plan deux chatons dont l’un joue avec la queue d’un singe, pendant qu’une chèvre, loin des réalités de l’élevage, vit dans un palais comme un membre à part entière de la famille, se permettant même de regarder d’un air interrogatif une jeune femme. Aucun de ces animaux n’est attaché, ils sont libres de leur mouvement, et cette liberté s’exprime par le jeu ou par la compassion.

Bien entendu, les animaux de l’Egypte antique ne vivaient absolument pas cette vie là  (nous savons par exemple que les chats étaient sacrifiés en masse pour répondre à la demande du culte de Bastet à l’époque ptolémaïque) et seule une lecture un peu rapide et naïve d’Hérodote et de Diodore de Sicile a pu  le faire croire éventuellement un instant pour le grand public.

Ce qu’il faut retenir, c’est cette volonté de fantasmer l’antiquité qu’elle soit égyptienne ou grecque pour en faire le lieu du loisir et, consécutivement, du jeu entre hommes et animaux – ce qu’elle n’a jamais été (pour le dire vite).  Sans doute pour se réinventer une origine avec les animaux plus juste, plus conforme à ce qu’on expérimente à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème dans les intérieurs bourgeois avec les chats et les chiens dont on commence juste à apprécier le potentiel ludique.

P.S. :

Perugini, Charles Edward; At Play; Williamson Art Gallery & Museum; http://www.artuk.org/artworks/at-play-68065

Je n’ai pas réussi à déterminer si ce tableau de Charles Edward Perugini (1839-1918), intitulé At Play,  était censé être dans un contexte antique. La colonne, les habits de la femme plaident en ce sens mais le titre n’est pas explicite et je n’ai pas trouvé de commentaire sur ce tableau qui le préciserait. Si on est dans la rêverie antique, il faudrait ajouter ce tableau à ceux que nous avons recensés.


3 réflexions sur « Animal ludens européen (7) : le fantasme tardif d’une antiquité qui aurait joué avec des animaux domestiques »

  1. Vous avez raison, c’est tout à fait possible qu’il s ‘agisse d’une gazelle. Je me demande d’ailleurs si j’ai déduit qu’il s’agissait d’une chèvre de mon propre chef ou si je l’ai lu quelque part. Dans le doute, je vous donne raison et je vous remercie très sincèrement de me l’avoir signalé !

  2. Dans le tableau « Love’s Labour Lost », le petit Ruminant associé aux femmes est plus vraisemblablement une petite gazelle apprivoisée, comme j’ai pu en voir à Tripoli, sur la place centrale. Référence donc plus probable à une réalité du temps du peintre qu’il a extrapolé vers son antiquité fantasmée. Je crois, sans en être un grand spécialiste, que des gazelles captives sont visibles sur des fresques égyptiennes.
    Quant au tableau de Charles Edward Perugini, j’abonde dans votre sens sur la composition à l’antique, pour laquelle on pourrait rajouter l’argument du mobilier en bronze aux formes compatibles avec l’antiquité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.